Chanson en hommage

aux victimes de l'attentat de Nice

Comme tous les niçois, comme la plupart des hommes et des femmes, j'ai été meurtri par l'impensable qui s'est produit à Nice, le soir de la fête du 14 juillet 2016. Je n'étais pas sur place mais le matin a été douloureux lorsque j'ai appris ce qui s'était passé. Il est difficile de mettre des mots sur une situation aussi dramatique. J'espère que cette chanson contribuera à ne jamais oublier. Les paroles sont de pure fiction. La musique est d'Eric Miller.

Le ciel et la mer

Dans la liesse de juillet

De mille feux s'éclairent

A ton nom, liberté

Dans la baie, un ange

Passe tout doucement

J'ai comme un pressentiment

 

Soudain l'hiver

En plein mois de juillet

Sous les roues de la terreur

La terre s'est mise à hurler

​Dans la Baie, un ange

Trop tôt, a du t'accueillir

Dans ton dernier sourire

 

Cours mon enfant

Cours vers moi, dans le vent

Sur la prom' des anglais

Un cierge éclaire ton portrait

Dans la foule et le sang

Papa, t'a pas sauvé

Pardonne-moi, mon ange

Pardonne-moi

Vole mon enfant

Vole plus-haut, maintenant

Si un barbare sur cette terre

A fait de moi un homme en colère

Ton regard bleu azur

Ranime mon clair-obscur

Mais mon âme ne pardonne pas

Ne pardonne pas

 

Encore hier

Sur la plage entre les galets

J'ai ramassé des vers

La nuit, on fera de la poésie

Encore hier

Une mouette s'est mise à pleurer

La Baie des Anges

Un matin, saura unir, mon âme

A ton dernier soupir

© 2019 par François Anto

  • YouTube - Black Circle
  • SoundCloud - Black Circle
  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Twitter - Black Circle